[Test] Intercom moto par Interphone de Cellularline

Cellular Italia a été créée en 1990 comme distributeur des premiers téléphones mobiles. En 2005, Cellular Line lance son premier intercom Bluetooth et crée Interphone, la marque de Cellularline dédiée aux intercoms et autres accessoires pour motards. Au fil des ans, Interphone a gagné la confiance des motocyclistes, grâce à la simplicité d’utilisation et la fiabilité de ses appareils assez innovants. Nous avons pu tester longuement le modèle Sport.

En fait, nous avons reçu le Twin Pack qui contient deux modules pour équiper deux casques, pour le pilote et son SDS, enfin son passager 😉
Il permet de communiquer jusqu’à 4 motards ou 2 Motos avec pilote et passager, jusqu’à 1 km en full duplex. Il peut mémoriser un numéro de téléphone à appeler en mode rapide par une commande de l’intercom, peut passer un appel vocal (via Siri ou Google Now) et permet de rappeler le dernier numéro. Il est équipé d’une radio FM RDS et avec 8 stations mémorisables. Il sait bien entendu communiquer avec tout GPS Bluetooth et lire la musique depuis un smartphone, qu’elle soit stockée ou en streaming.
L’étanchéité ? Les intercoms de Cellularline sont certifiés IP67 !

Déballage
Outre les deux boitiers intercom, la boite contient une foule d’accessoires car Cellularline propose un produit universel, c’est à dire qu’il peut s’installer  – très facilement – sur n’importe quel casque, qu’il s’agisse d’un jet, d’un intégral ou d’un convertible, d’un cross ou trial voire enduro ! (bien que pour ces trois derniers, on peut se poser la question de l’intérêt d’un intercom, quoi que…).

Si la découverte de toutes les nombreuses pièces est un peu déroutante de prime abord, il ne faut en fait qu’une dizaine de minutes, disons quinze minutes au plus, pour équiper son casque.
Nous avons choisi d’installer l’interphone Sport sur un Shoei Neotec. Après avoir démonté l’intercom Sena 10U déjà en place, nous avons placé les haut-parleurs dans leurs emplacements, connecté le micro perche propre aux jets ou modulables grâce au à la prise micro jack, puis placé le scratch pour maintenir la perche. Après essai, nous avons opté pour l’installation de la platine qui reçoit l’intercom (alors en charge) avec l’adhésif plutôt que la pince à vis. La raison ? Le guide d’installation, précise que le bas du module doit être placé à environ 2,5 cm de la base du casque, résultat qui n’était pas possible avec la pince. Le résultat est propre et les câbles se cachent bien derrière les mousses du casque.
La dotation importante d’accessoires : scratch de rechange, petit tournevis cruciforme et de vis plus longues selon qu’on doit utiliser ou non une entretoise en fonction du casque, est tout à fait remarquable. De même, le guide d’installation s’avère simple à suivre : 8 petites étapes parfaitement illustrées.
De plus, une série de tutoriaux sont disponibles sur le site du constructeur.

 

A noter que les intercoms de Interphone sont de conception monoboc, c’est à dire qu’ils intègrent la batterie donnée pour une bonne quinzaine d’heures, ce que nous avons pu vérifier. On y trouve 4 boutons d’accès direct aux fonctions disposés en croix et séparés par une petite barre en relief : mise sous et hors tension, musique, téléphone et radio FM. 4 autres boutons sont quant à eux situés sur les tranches. Volume + et – vers l’avant, et station ou morceau suivant et précédent vers l’arrière. La maitrise et donc la mémorisation de ces commandes ne pose guère de souci.
La connexion du port mini-USB se fait sur le dessous du module, et garanti une excellente étanchéité et un parfait maintien grâce au caoutchouc dont il est entouré.

Si les HP ont l’air, a priori, imposants, c’est parce qu’ils sont insérés dans un étui scratch de près de 5 cm de diamètre. Mais une fois extraits, on découvre des petits haut-parleurs de 2,6 cm de diamètre, soit une taille inférieure à ce qu’on trouve généralement chez les concurrents, et de 32 Ohms d’impédance. Le changement au profit de HP issus d’un Koss PortaPro par exemple sera sans doute délicat…

Le firmware des produits Interphone peut être mis à jour depuis un Mac ou un PC en téléchargeant le logiciel adéquat. La procédure est on ne peut plus simple et ne prend que quelques minutes.

Une app disponible pour Android et iOS permet de configurer bon nombre de réglages, et de choisir ses stations FM de façon plus pratique que depuis le module puisqu’il suffit de saisir la fréquence et de sélectionner la position mémoire parmi les 8 disponibles.. Au cours d’une rando ou d’un voyage, il est tout à fait possible de mémoriser les 8 meilleures stations (auto tune), ou station par station.

Sur route
Une pression longue sur le bouton de mise sous tension, et une voix féminine parfaitement naturelle nous indique en français « Niveau batterie élevé. Téléphone connecté« . Un très bon point que d’informer le porteur du niveau de charge de l’intercom. Une pression sur le bouton radio allume celle-ci sur la dernière station écoutée. Pas de miracle, la taille des haut-parleurs est proportionnelle au volume et relief du son délivré. Ils manquent en effet cruellement de graves, et le son s’avère un peu trop aigu. Autant le son est plus que correct à l’arrêt, autant les choses se gâtent en roulant. Il faut alors régulièrement agir sur les boutons de volume pour le monter pour écouter les voix, et le baisser lorsque la musique est diffusée. Difficile en effet de trouver une position équilibrée. Un changement de HP permettrait sans doute de régler ce souci, à condition de jouer du fer à souder…

Une nouvelle pression longue sur le bouton de mise sous tension éteint le module qui nous indique de nouveau le niveau de batterie. Bien vu.
Pour revenir à l’écoute de la radio FM, regrettons que le le module n’indique pas le numéro du slot (de 1 à huit) ni la fréquence « cent quatre point sept » ou même le nom de la station « Europe 1 » puisqu’il est compatible RDS… Rien de bien méchant, mais à moins de connaitre par cœur l’ordre des 8 stations mémorisées… A ce titre, Sena fait mieux.

La prise d’appel téléphonique se fait aisément d’un appui court sur le bouton téléphone (à l’avant) et la conversation se révèle claire et intelligible, avec toujours les limites imposées par les HP…

L’un des intérêts d’un intercom moto est bien de pouvoir communiquer de moto à moto lors de sorties par exemple. Et là encore, Interphone a simplifié la configuration. Il suffit de rapprocher au maximum les modules à appairer en les faisant se toucher et en pressant le bouton de mise sous tension du premier jusqu’à ce que la LED clignote en rouge et bleu. La procédure se termine seule en appairant chacune des unités. Impossible de faire plus simple !


Si l’Interphone Sport est donné pour des communications jusqu’à 1 km, il en va autrement en ville, comme à Paris avec tous les obstacles environnants. En revanche, au cours d’une sortie en dehors de Paris, nous n’avons eu aucun problème de communication sur l’autoroute A4, sans pour autant avoir testé la limite de distance….

En conclusion
C’est une jolie découverte que ces intercoms signés Interphone. Ce produit s’avère bien pensé, même si nous regrettons un peu la petitesse des HP qui mériteraient un diamètre plus important, pour un meilleur confort d’écoute. De même, la jolie voix qui indique le niveau de batterie pourrait énoncer la fréquence FM écoutée, mais il s’agit de détails, importants, mais qui restent des détails.
L’Interphone Sport est un produit parfaitement bien fini, simple à installer et à utiliser, avec une très bonne autonomie.

Déclinés en Tour, Sport et Urban, à partir de 189€ en simple et 310€ en Twin pack. Disponible partout en France

 

Audiophile passionné d'informatique et de mobilité depuis une bonne vingtaine d'années, j'ai débuté avec un Psion (certains se souviennent du 5ème Site et de EpocBoulevard entre 1997 et 2002) et ai possédé à peu près tout ce qui s'est fabriqué comme PDA, pour finalement switcher sur les produits Apple... Geek? Oui! Vieux? Pas tant que çà quand même... Mobian? Assurément et définitivement!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Scroll Up