Test de la sonnette connectée Ring Video DoorBell2

Les objets connectés à la maison, on commence à les cumuler un peu partout. Des objets de la maison qui vous permettent de contrôler votre domicile ou de le surveiller. Mais il y a un endroit dans la maison auquel on ne pense pas : la porte d’entrée. Ring a donc réfléchi à comment connecter votre entrée, et propose une sonnette qui vous permet de savoir qui vient sonner à votre porte, sans que vous ne soyez là. Et c’est ce qu’on va tout de suite tester, avec la DoorBell2.

Présentation

Commençons pas le début. Il y a quelques dizaines d’années, la sonnette était un petit bouton à l’entrée de votre porte qui faisait crier une sonnette juste insupportable, lorsqu’on appuyait dessus. Ensuite sont venus les carillons, plus élégant, plus doux et surtout moins énervant. La vidéo a commencé à faire sa place doucement, et des kits sans fils avec caméra intégrés sont dorénavant proposés à Monsieur tout-le-monde et surtout facile d’installation, car plus de câblage. Comme on n’arrête jamais le progrès, il fallait trouver un moyen de prévenir les gens que quelqu’un sonnait chez eux, même lorsqu’ils étaient absents. Et c’est là que Ring entre en jeu…

 

Avec le DoorBell2, qui complète une gamme débutée l’année dernière avec le DoorBell premier du nom et deux autres modèles plus professionnel, Ring a conçu la sonnette 2.0.

La première chose que l’on remarque lorsqu’on ouvre la boite, c’est qu’ils n’ont pas lésiné sur les accessoires. Entre deux coques amovibles pour personnaliser votre sonnette, la batterie amovible et rechargeable, le petit niveau pour bien aligner votre installation, les vis accompagnées de leurs chevilles… Même deux supports inclinés font partie de l’inventaire, au cas où votre mur n’était pas droit. Une chose est sure, nul besoin d’un aller-retour chez le quincaillier du coin en plein milieu de votre installation, parce qu’il vous manque une vis…

 

Le produit en lui-même est beau et très bien fini. Première chose, il ressemble à une sonnette !! rien ne laisse paraitre le fait qu’il propose bien plus de fonctionnalités. Première chose à faire, charger la batterie et l’installer dans la sonnette. Ensuite faites votre choix esthétique entre les deux coques. En plastique, elles ne nous ont pas séduit à la sortie de la boite, un peu trop cheap, en ce qui concerne la qualité perçue. En revanche, une fois clipsée au boitier principal, le mariage des matériaux est juste parfait.

 

Derrière la vitre sur la partie supérieure, une caméra à la résolution de 1080p, filmant avec un angle de 160° et une série de led tout autour permettant une vision nocturne. La partie inférieure affiche fièrement un bouton entouré d’un cercle lumineux bleu du plus bel effet, lorsqu’on appuie dessus. L’intérieure enferme une batterie longue durée qui propose une autonomie de près de 6 mois.

Tout est très bien fini, propre et qualitatif. Grâce à un manuel très bien rédigé, le tout est simple à installer, que ce soit la batterie, ou la coque extérieure. En revanche, c’est un peu plus compliqué pour l’installation à la place de votre sonnette. Oui, car le but de la DoorBell2 est de remplacer tout simplement votre sonnette d’origine. Et l’installation commence par une question simple mais dont la réponse n’est pas forcément des plus simple. Avez-vous une sonnette numérique ou plutôt mécanique ? Logiquement, si votre sonnette fait une jolie mélodie, c’est du numérique. Dans ce cas il faudra visser derrière la DoorBell2 une résistance (fournie) avant de raccorder les fils de la sonnette d’origine que vous aurez retiré.

Sachez tout de même que, grâce à la batterie interne,  la DoorBell2 est totalement autonome et ne nécessite pas forcément d’être branché en filaire à la place de la sonnette d’origine. Dans ce cas, votre carillon ne fonctionnera plus et les sonneries retentiront sur votre smartphone et non pas de votre carillon.

Ensuite vient la partie fixation sur le mur à la place de la sonnette d’origine. Installez le niveau sur la sonnette, faite des marques sur le mur, percez, vissez, et voilà. Si tout est extrêmement bien expliqué dans le manuel, l’intervention de cette résistance en fonction de votre installation précédente pourrait en rebuter plus d’un. De même, s’il n’y a que deux fils sortant de votre mur, c’est parfait. S’il y en a plus… il vous faudra peut-être demander l’aide de quelqu’un qui s’y connait.

De plus, beaucoup de boutons de sonnette sont au format prise murale, dont le boitier extérieur fait en général 9×9 cm. La DoorBell2 ayant une largeur d’un peu plus de 6cm, vous risquez d’avoir un jour de chaque côté. Parmi tous les accessoires fournis, il aurait été utile d’insérer une plaque recouvrant totalement le trou d’origine.

Pour terminer sur l’installation, si vous habitez dans un immeuble avec un interphone en bas et une sonnette associée à votre porte, impossible de la remplacer par la DoorBell2. Il faudra faire avec les deux, ou condamner la sonnette à l’entrée de votre appartement. Dans notre test, nous n’avons pas pu la raccorder à la sonnette d’origine, elle a été installée en autonome, juste à coté.

 

 

Utilisation

Une fois la DoorBell2 posé à l’entrée de chez vous, il faut maintenant passer à la configuration. Comme tout objet connecté, la configuration de la sonnette est extrêmement simple.  Tout se passe par l’application dédiée Ring qui vous explique pas à pas comment procéder. Une remarque, tout de même : votre box internet ou votre borne wifi devra se trouver à proximité de la sonnette, tant la portée de son signal wifi est (trop ?) faible. Pourtant installée à quelques mètres de la borne Wifi Orbi de Netgear, notre DoorBell2 a perdu régulièrement son signal. Est-ce dû à la porte blindée de l’entrée qui atténue le signal ? Qu’en est-il si votre sonnette se trouve à coté de votre portail et la borne Wifi dans votre salon ?

Pour pallier à ce problème, vous pouvez également ajouter entre votre borne wifi et la DoorBell2, un extendeur/répéteur Wifi. Dans notre cas, cette solution s’est avérée inutile, vu que la prise électrique la plus proche de la sonnette, pour y brancher notre répéteur, se trouvait au niveau de notre borne Wifi.

Outre son rôle de sonnette, vous avez également la possibilité d’utiliser la DoorBell2 comme caméra de surveillance. En effet, il suffit de délimiter une zone dans laquelle elle détectera un mouvement et une notification vous sera envoyée sur votre smartphone. Pratique dans un premier temps, cela peut vite devenir paranoïaque : la portée minimum de détection étant de 1,5m, autant vous dire que si portail est situé sur le trottoir, toutes les personnes qui passeront devant, seront détectées… avec un paquet de notifications qui arriveront sur votre smartphone.

Heureusement vous avez la possibilité de paramétrer si vous voulez recevoir toutes les notifications ou pas mais également la période d’activation de la détection.

Lorsqu’on sonne à votre DoorBell2, une jolie sonnerie retentit (sonnerie que l’on peut modifier parmi une liste assez fournie, mais on ne peut pas ajouter sa propre sonnerie) et votre téléphone sonne… En répondant à l’appel, vous verrez alors votre correspondant sur la vidéo retransmise en live sur votre smartphone. Des micros et haut-parleurs intégrés à la DoorBell2 vous permet alors de communiquer avec la personne venue vous importuner. Et cela même si vous n’êtes pas chez vous ! Car évidemment, c’est là le principal atout de la DoorBell2, pouvoir voir qui sonne chez vous lorsque vous êtes absent et lui répondre en direct. Fini les colis qui n’arrivent jamais, si votre facteur a la présence d’esprit de sonner chez vous, vous pourrez lui répondre de déposer votre bien chez votre voisin, par exemple.

 

La qualité de retransmission est bonne, sans plus. On s’attendait à mieux avec une telle résolution, mais elle fait le boulot, à savoir reconnaître les personnes qui sonnent chez vous. Pour être tout à fait honnête, il faut dire que nos tests étaient effectués dans le couloir d’un immeuble, éclairé par deux appliques, et non pas à l’extérieur. Un test de vidéo en direct à l’extérieur nous a confirmé qu’effectivement le rendu était bien meilleur et que le traitement sur l’image par faible luminosité dégradait la vidéo. En revanche c’est fluide, aucune saccade ne nous a dérangé. Les micros sont également efficaces mais les haut-parleurs plutôt faibles et nos interlocuteurs avaient parfois du mal à nous comprendre, tellement le volume est bas. De même on remarquera un temps de latence de quelques centièmes de secondes. Pas du tout pénalisant en utilisation courante.

L’application est très bien faite, simple d’utilisation et efficace. La première page vous propose la liste de vos appareils, et la liste des activités de votre sonnette. Vous y verrez, sous forme d’onglets, les alertes et notifications classées par type (mouvement, vue en direct, …).

L’accès au menu de la sonnette propose plusieurs options comme changer la mélodie de la sonnette, paramétrer la détection de mouvement, et également une option très utile, partager la gestion de la sonnette permettre à d’autres utilisateurs de gérer et recevoir les alertes et autres notifications.

Vos vidéos sont sauvegardées dans le Cloud de Ring, disponibles à la lecture mais également au partage et à l’export… à condition d’être abonné au service Ring Plan de Protection. Il vous en coutera 30€ par an pour l’option Protect Basic (pour une caméra) ou 100€ pour la version Protect Plus (pour un nombre de DoorBell illimité, avec en plus une garantie à vie du produit et 10% de réduction sur tous les appareils de la marques).

Sans cet abonnement, vous n’aurez que la possibilité de voir qui sonne à la porte à l’instant T, et de répondre. mais pas d’enregistrement. Pour une utilisation classique de sonnette, ce n’est pas dérangeant et dans ce cas, l’abonnement n’est pas nécessaire. Pour ceux qui désirent l’utiliser comme caméra de surveillance et avoir accès aux vidéos de détection d’intrusion à n’importe quel moment, le fait de devoir encore payer un abonnement, peut être un frein.

Conclusion

Encore un objet connecté qui tente de trouver sa place dans la maison. Et pour le coup le Ring DoorBell2 la trouve parfaitement. D’une part parce qu’il remplace un objet existant en lui apportant une valeur ajoutée, grâce à la possibilité de répondre à ceux qui sonnent à votre porte, même lorsque vous êtes absent. D’autres part, parce qu’il fait parfaitement son boulot de sonnette. Les points positifs ne manquent pas, tout d’abord la DoorBell2 est belle, bien finie et surtout ce qui est agréable c’est qu’elle ressemble à une sonnette, et non pas un objet hightech qui effrayerait les technophobes.

L’appareil ne vient pas tout seul, mais est accompagné de tout ce qu’il faut pour que Monsieur tout-le-monde puisse le monter. Son coté personnalisé avec ses deux coques, sa qualité de transmission vidéo, et son application très bien faite ne font qu’ajouter des bons points à ce produit.

En revanche nous sommes plus réservés sur la partie montage. Monsieur tout-le-monde risque de faire de gros yeux quand il verra la résistance à visser, ou non, sur la sonnette. De même son format n’est pas adapté au format d’interrupteurs/boutons que nous avons chez nous. Mais ce qui est plus pénalisant est la portée du Wifi. Alors que nous nous croyions à l’abri avec notre hotspot Orbi, dont la réputation sur la portée de signal wifi n’est plus à faire, nous avons finalement subit plusieurs déconnexions, la DoorBell2 fonctionnait toujours, mais plus de liaison avec notre smartphone. Si vous voulez acquérir cet objet, ce dernier point n’est vraiment pas à négliger.

La DoorBell2 est disponible pour un tarif de 219€

Georges (aka. Troylee) est un grand passionné de high-tech, d'Apple, de photo, de cinéma, de musique, et surtout de tous ces baladeurs multimédias et ces casques audio qui ornent ses oreilles. La chevelure au vent sur sa grosse moto allemande, il se pose comme le Don Quichotte des années 2000.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Scroll Up