[TEST] le Huawei P20 Pro sous toutes les (hautes) coutures

Huawei a débarqué dans le monde des smartphones haut de gamme avec deux modèles, le P20 et le P20 Pro. SI le P20 reste assez classique dans sa configuration, le modèle Pro vient mettre un gros coup de pied dans la fourmilière en présentant un modèle très bien équipé pour la photo. C’est ce que nous allons voir dans ce test.

Présentation.

Le P20 Pro est donc un smartphone sous Android. Jusqu’ici rien de nouveau, il y en a pléthore sur le marché. Mais contrairement à la mode du moment, on retrouve, ici, un modèle ne recouvrant pas entièrement l’écran.  Alors que la mode est à l’écran total, le P20 Pro arbore une encoche supérieure, sans grande surprise, mais également une fine bande noire, sur la partie inférieure, contenant le bouton central ovale, commun à beaucoup d’appareils sous Android, intégrant le capteur d’empreinte pour le déverrouillage du smartphone.

On s’étonne, par ailleurs, de ce choix de la part de Huawei, de ne pas recouvrir son P20 Pro d’un écran sur la totalité de la surface. Vouloir titiller les hauts de gamme en présentant un modèle avec un bouton physique ? pourtant on s’y accommode tout à fait, et il passe finalement inaperçu, tellement l’écran est grand. Si la bande inférieure est présente, elle est très fine et le capteur d’empreinte assez large pour que le doigt tombe parfaitement dessus. Quant à l’encoche, la compétition à « celle qui aura la plus petite, » est proche d’être remporté par le constructeur, tellement il a optimisé l’emplacement de différents hardwares dans un si petit espace.

 

L’arrière, totalement recouvert de verre, est juste splendide, à défaut d’être un véritable dossier policier d’empreinte digitales. Après, on sait à quoi on a à faire, et le rendu visuel avec ce bleu est tellement sublime qu’on finit par oublier qu’il est sensible aux traces de doigt.

Ce qui choque, à l’arrière de ce modèle, ce sont les trois capteurs photos. Trois capteurs qui vous serviront à prendre vos clichés, quelque soient les conditions lumineuses de votre environnement. Ce qui choque également c’est la proéminence de ces capteurs. Si le P20 Pro ne fait que 7,8mm d’épaisseur, il n’en va pas de même si on compte la protubérance des capteurs. Pire, cela impose d’installer une coque de protection pour homogénéiser la surface arrière, si vous ne voulez pas qu’il soit bancal, une fois posé sur la table.

Si l’originalité du design n’est vraisemblablement pas là, la finition globale est juste parfaite. Malgré le fait qu’on retrouve un design très (très très très) ouvertement inspiré de l’iPhone X, avec son contour en métal brillant et ses coins arrondis, on ne peut que reconnaitre le haut niveau de fabrication. Tout est parfaitement bien fini et ajusté, les matériaux choisis sont de très bonne qualité et le rendu général en fait un très bel objet haut de gamme.

 

Mais un design très bien pensé ne rime pas forcément avec une bonne prise en main. Les contours arrondis favorisent un bon maintien, mais les matériaux choisis en font un modèle assez glissant. Son poids n’arrangeant rien, gaffe aux glissements du smartphone entre vos doigts, surtout si vous l’utilisez à une main. Attention, son poids n’est pas rédhibitoire ! il est plus lourd que la moyenne mais plutôt bien équilibré.

Sur la tranche inférieure on trouve les petits trous des haut-parleurs, ainsi que le port USB de type C, pour la charge et l’audio.

Sur la tranche droite on trouve les boutons de réglage de volume ainsi que le bouton de verrouillage du smartphone. Et de l’autre coté la trappe de la carte, ou plutôt des cartes SIM, puisque nous avons là un modèle Dual SIM.

Sachez également que le P20 Pro est certifié IP67 ce qui vous prémunira de gros tracas, si jamais vous vous retrouvez pousser dans la piscine cette été.

Pour terminer, il faut croire que la rébellion Android face à iOS commence à se tasser, quand on voit la disparition de certains éléments dont les constructeurs et utilisateurs étaient très attachés : Si la mémoire interne est plutôt large, niveau quantité, avec 128Go, il y en a qui vont râler sur le fait qu’il n’y ait plus de port microSD pour augmenter la capacité de stockage.  De même exit le port jack pour vos écouteurs. Il faudra passer par l’USB-C ou le Bluetooth.

Si la face avant n’est pas totalement recouverte par l’écran, il faut reconnaitre que celui-ci nous en a mis plein la vue. L’écran OLED d’une résolution de 2240×1080 pixels avec un ratio 18,7:9 est très impressionnant de contraste et de luminosité. Sans doute un des meilleurs écrans qu’il nous a valu de tester.

L’OLED et la forte luminosité permet au smartphone d’être lisible sans problème en plein soleil. Si de base le rendu en envoie plein les rétines, il faut reconnaitre que les couleurs sont beaucoup trop vives, voire criardes, le P20 Pro propose alors un mode Couleurs Normales. Une fois activé, le rendu est bien meilleur, plus naturel, moins agressif. Et surtout plus agréable au quotidien, sans pour autant nuire à la lisibilité, bien aidé par l’OLED et ses contrastes infinis.

A l’utilisation, l’écran et sa dalle tactile s’avèrent très rapide et très réactif. Les menus défilent rapidement au contact des doigts et on ne remarque aucune latence entre l’action et la réaction. Seul petite déception, l’écran ne s’allume pas lorsqu’on tapote dessus, à l’instar de l’iPhone X, par exemple. l’allumage se fait obligatoirement par le bouton sur le coté. Pas très pratique, et pour un smartphone à ce prix là, c’est dommage.

Logiciel et Interface

Ici, pas de grosse surprise, le P20 Pro est fourni avec la version Oreo d’Android. Une surcouche EMUI 8.1 est également installée. Mais fort heureusement, cette surcouche ne diffère pas de beaucoup avec l’interface de base d’Android. Plutôt que de réinventé le fil à couper le beurre, ici quelques retouches esthétiques font la différence, alors que la navigation globale reste inchangée. Un bon point lorsqu’on sait que certains, en voulant faire mieux finissaient par faire moins bien, en surchargeant l’interface.

L’encoche est assez bien maîtrisée. Dans le sens où les informations autour sont bien disposées et lisibles, et elle finit par se faire oublier. Le P20 Pro propose tout de même la possibilité de la « cacher » en insérant une bande noire de chaque côté.

Mais attention, Huawei n’a pas juste insérer des bandes noires, il faut reconnaître que le travail est méticuleux, puisque les extrémités des deux bandes noires finissent en arrondi et rappellent l’arrondie de la coque externe. De même, l’écran OLED aidant bien grâce à son contraste sans fin, la bande noire se fond totalement avec l’encoche et il faut y regarder à deux fois avant de voir la différence entre les deux.

Si les informations autour de l’encoche sont très bien gérées, il en va de même avec le « masque » d’encoche. Petit plus non négligeable, Huawei a très bien pensé l’utilisation de l’encoche, car elle ne recouvre ou ne gêne jamais lorsque vous regardez un média en plein écran. Une photo ou une vidéo ne sera jamais coupée par l’encoche, mais vous retrouverez la bande noire, afin de ne pas gêner la lecture.

Bien pensé, bien fini, sur ce coup là le P20 Pro marque des points. De même, si l’interface EMUI est finalement très proche de celle de Google, elle peut être personnalisée selon vos envies. Thèmes, raccourcies, disposition du menu d’accueil, vous pouvez même jusqu’à retrouver quasiment l’IHM Google.

En revanche, si le modèle fait haut de gamme, dans sa conception, il n’en va pas de même pour l’esthétique logicielle. En effet, il serait peut-être temps que les IHM Android et autres surcouches évoluent, non pas dans leur fonctionnalité, mais dans le rendu tout de même assez vieillot.

Performances.

Intégrant un processeur maison, Kirin 970, déjà vu sur le Mate 10 Pro du même constructeur, et donc une puce à la bourre par rapport à la concurrence, le P20 Pro est tout de même équipé d’un processeur graphique Mali G72MP12, qui en fait un des appareils graphiquement les mieux fournis.

Si nous ne nous sommes pas amusés à lui faire passer des benchmarks, le P20 Pro s’est avéré très efficace à l’utilisation, et ses performances n’ont jamais été prises en défaut, que ce soit en utilisation normales, ou pendant des parties de jeux endiablées.

Aucun ralentissement n’a pu lui être reproché, quel que soit son utilisation, classique ou poussée. En revanche, il nous a paru chauffer tout de même beaucoup, lors d’une utilisation intensive. Pas au point de se bloquer, ni de prendre feu, bien sûr. Et si la chaleur était bien présente, elle était répartie sur toute la surface arrière du smartphone, et se dissipait très vite.

 

Utilisation Photo et vidéo

Nous voici au cœur du sujet. Avec des arguments aussi forts que « le meilleur appareil photo », Huawei nous promet une expérience photographique sans précédent. En effet sur le papier, et du coté matériel il faut reconnaitre qu’ils ont mis le paquet.

Jugez plutôt : trois capteurs installés à l’arrière, les uns sous les autres. Un capteur de 20 mégapixels monochrome ouvrant en f/1.6. Un capteur de 40 mégapixels RGB, ouvrant en f/1.8. Et pour finir, un capteur 8 mégapixels téléobjectif de 8 mégapixels ouvrant en f/2.4.

Si le nombre de capteurs (et on n’a pas parlé du capteur avant) est impressionnant, c’est encore plus bluffant lorsqu’on sait que ces capteurs ne sont pas destinés à bosser chacun de leur côté, mais ensemble !

Les clichés ci dessous vous montre la différence pour la même photo, une prise de vue avec un iPhone X à droite et le P20Pro à gauche.

En effet on aurait pu penser qu’une fonction des conditions de prises de vue, tel ou tel capteur serait utilisé. Que nenni ! Huawei a intégré une Intelligence Artificielle, afin d’utiliser les performances de chacun des capteurs en même temps, et optimiser leur utilisation pour sortir les meilleurs clichés possibles.

Si l’utilisation du terme Intelligence Artificielle peut faire hisser les poils de certains puristes, il faut reconnaitre que l’optimisation matérielle et logicielle de ces fonctionnalités, pour obtenir le meilleur résultat possible de votre photo, est réellement probant. Tellement probant que tous nos clichés ont été pris en automatique, donc gérer par l’IA. Tant cette dernière faisait bien son boulot.

La contre partie de cette IA, c’est que c’est elle qui va décider pour vous de ce qu’il y a de mieux dans telle ou telle photo. En effet, si globalement elle arrivera à vous faire obtenir le cliché que vous vouliez au départ, celui-ci ne sera pas forcement fidèle à la réalité. A trop bien faire, le P20 Pro pourra d’un coté forcer sur telle couleur et d’un autre forcer sur le contraste. Au final votre photo sera belle. Mais par forcément fidèle à la réalité.

 

 

Utilisateurs de reflex numérique, et donc habitués à modifier nos réglages nous-mêmes pour obtenir le résultat voulu, nous nous sommes aventurés dans les réglages manuels du P20 Pro… avant de vite rebrousser chemin !

En effet, ces menus et innombrables réglages proposés par l’appareil sont très loin d’être ergonomique. Tout est un foutoir, où on a l’impression que tous les réglages ont été mis dans une besace et que vous devez la vider totalement, quand vous avez besoin d’atteindre tel ou tel réglage.

On en revient au mieux qui devient l’ennemi du bien. A trop vouloir en faire ou en proposer, on finit par en mettre beaucoup trop et finalement l’utilisateur se perd et revient à un réglage automatique, qui lui produira, non pas forcément une photo fidèle à ce qu’il voit, mais au moins une belle photo réussie.

Une remarque également sur le zoom qui est juste hallucinant, tant par sa portée que par la qualité des photos.

Le P20 Pro offre pas mal de possibilité de prise de vidéo. Entre le mode UHD (3 840 x 2 160 px) à 30 fps et le mode FullHD (1920x1080px), on trouve globalement ce qui se fait également chez la concurrence. Le mode UHD sera privilégié lors de bonnes conditions de lumières, si vous ne voulez pas voir votre film « sali » par du bruit vidéo assez présent. En revanche, en FullHD, il s’en sort très bien avec une vidéo fluide, nette et précise. Et surtout très bien assistée par la stabilisation logicielle AIS.

Un mode 960 fps est également proposé, mais uniquement dans une résolution de 1280x720px. Si le résultat est convaincant, il ne l’est quand lors de très bonnes conditions de lumière.

 

Audio

Cédant à la mode du sacrifice du port jack, le P20 Pro pourra s’utiliser de trois manières différentes si vous voulez écouter de la musique ou visionner un film. La partie filaire sera limité à l’USB-C. S’il n’y a, pour le moment, pas une grande gamme de casques audio compatibles USB-C, il existe des adaptateurs jack 3,5mm/USB-C. Attention également à bien choisir son casque. La sortie audio nous a paru bien faible et le rendu s’en ressentait sur certains modèles de casques. Mais globalement l’écoute est plutôt bien équilibrée. Toute la plage de fréquences est bien reproduite et agréablement restituée.

L’autre option sera le Bluetooth. Si le P20 Pro n’est équipé que d’une puce Bluetooth 4.2, contrairement à la concurrence, dans cette gamme de prix, il est compatible avec les normes aptX, aptX HD et LDAC. Vous aurez largement de quoi nourrir vos oreilles. On retrouve d’ailleurs le bon équilibre global, vu plus haut.

En filaire ou en sans-fil, le P20 Pro s’en sort bien, et est agréable à utiliser comme lecteur musical. De plus, sa compatibilité Dolby Atmos vous apportera une expérience immersive étonnante, lors du visionnage de films (Dolby Atmos évidemment).

La dernière option reste les haut-parleurs intégrés. S’ils ne rivaliseront jamais avec de véritables enceintes, l’ajout d’un haut-parleur sur la tranche inférieure et l’autre en façade, dans l’encoche supérieure, apportent une spatialisation intéressante et une stéréo convaincante. Leur puissance est tout à fait convenable pour regarder un film ou une série, tranquillement dans son coin, mais, trouve vite ses limites dès qu’on pousse le bouchon un peu trop loin.

Bien évidemment, la taille des haut-parleurs leur empêche d’offrir un rendu équilibré et une diffusion de toutes les fréquences. Le son est très clair, trop même, les basses sont absentes et les médiums essaient de se trouver une place déjà bien encombrer par les aigus omniprésents.

Appels et communications

Peu de chose à dire dans ce paragraphe. Le P20 Pro s’en sort très bien lors d’appels téléphoniques. Et heureusement ! Les appels sont limpides, sans coupure. Tout comme ce qui concerne la captation et le maintien du réseau, le P20 Pro n’a jamais posé de soucis pour attraper le réseau SFR sur lequel nous avons testé ce modèle et s’y connecter rapidement.

De même l’utilisation d’internet en 4G se trouve globalement dans la moyenne, avec de bons accès et un débit tout à fait suffisant pour naviguer en toute tranquillité.

 

Autonomie

Pour terminer, un point très important lorsqu’on parle de ces smartphones hauts de gamme, proposant toujours plus de puissance et moults options gourmandes en énergie : l’autonomie. Pour cela Huawei a équipé son flagship d’une batterie de 4000mAh. Pas énorme, dans un premier temps, on se rend compte, à l’utilisation que Huawei a réussi à très bien optimiser la consommation de son smartphone pour offrir une autonomie plus que conséquente.

En effet, lors d’une utilisation normale, qui implique une batterie chargée toute la nuit avec une journée qui commence à 7h30 du matin, une utilisation des applications de base (messagerie, mail, appels téléphonique, agenda), une utilisation d’internet (navigation, réseaux sociaux), des prises de vue régulières, pour tester les capacités de l’appareil photo, et de l’écoute musicale environ 30 min le matin et 30 minute le soir, en Bluetooth, lors de trajets quotidiens, le P20 Pro s’en sort très bien, puisque sa batterie est arrivé à bout après plus d’un journée et demi.

Un excellent résultat ! Aidé en cela par une optimisation aux petits oignons de l’utilisation de son hardware et software, et un écran qui ne consomme pas trop, le P20 Pro fait parti de meilleurs smartphones en termes d’autonomie.

 

Conclusion

Le P20 Pro de Huawei est une excellente surprise ! un hardware maitrisé dans une enveloppe à la finition exemplaire, ce smartphone fait parti des modèles les plus réussi du marché. Fidèle aux modèles à la pomme, nous avons été convaincus par ce modèle Android, qui ne fait pas que mettre en avant des prestations de haut vol, sur le papier, mais les concrétise réellement.

La partie photo est juste impressionnante d’efficacité, on en finit par se dire si nous ‘n’allons pas mettre nos iPhone X au placard, tellement l’écart des qualités photos est impressionnant. Si vous cherchez un appareil photo aux performances hors normes dans ce gabarit, qui fait également téléphone et accès à internet, le P20 Pro est, sans aucune contestation, fait pour vous.

Sa batterie et son excellente optimisation matériel et logiciel, en fait un champion de l’autonomie. Vous n’aurez plus à vous soucier de savoir si votre smartphone rendra l’âme au milieu de votre soirée.

Seul la partie logiciel Android et EMUI nous a laissé sur notre faim. Avec une interface vieillotte et une ergonomie pas forcément des mieux pensé, c’est bien là que Google et consorts vont devoir mettre les bouchées doubles pour proposer enfin quelque chose de nouveau et qui en mette plein la vue. Et même si la gestion de l’encoche est très réussie, elle ne peut, à elle seule, palier à ce côté vieillissant de l’interface.

De même, si esthétiquement, le P20 Pro est une réussite, il ne sait pas faire dans l’originalité et on a tout de même l’impression de se retrouver avec un iPhone X « Androidisé ».

Le P20 Pro reste une réussite, et sans doute l’un des meilleurs smartphones sous Android. Proposé à 899€ lors de sa sortie, il est d’ailleurs une réussite également dans les ventes, en trustant les premières places.

Georges (aka. Troylee) est un grand passionné de high-tech, d'Apple, de photo, de cinéma, de musique, et surtout de tous ces baladeurs multimédias et ces casques audio qui ornent ses oreilles. La chevelure au vent sur sa grosse moto allemande, il se pose comme le Don Quichotte des années 2000.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Scroll Up