[Test] Meural WIFi Photo Frame, le cadre numérique connecté aux musées

Les cadres photos ont eu leur heure de gloire et doivent se réinventer en proposant de nouvelles fonctionnalités. C’est ainsi que Netgear entend prendre une large place avec les cadres Meural qui sont aussi capables d’afficher des œuvres d’art en provenance des musées du monde.

Si Netgear est aujourd’hui bien connu de tous, il en est tout autre pour Meural créé en 2014 et finalement racheté par Netgear en 2017. C’est sous la marque Meural powered by Netgear que sont commercialisés les Canvas II et le cadre photo WiFi Photo Frame testé ici.

Le WiFi Photo Frame apparait comme la version compacte du Canvas (proposé quant à lui en 21,5 et 27″) dont il partage les mêmes fonctionnalités : afficher les images de votre choix, qu’elle proviennent de vos galeries personnelles ou celles contenant plus de 30 000 œuvres d’art, moyennant un abonnement.
Les principales différences résident dans la taille de l’écran et la béquille qui permet en plus au Meural WiFi Photo Frame de se poser sur un meuble alors que le Canvas ne peut que s’accroche à un mur.

Ce Meural est donc un cadre de fort belle facture mesurant 41 x 10 cm entourant un écran Full HD de 15,6 “de diagonale. Ce dernier offre une résolution de 1920 x 1080 (capable d’afficher des photos jusqu’à 4K) et un revêtement antireflet autorisant un très grand angle de vision. Un capteur de lumière ambiante garantit une excellente visibilité dans toutes les conditions de luminosité. A ce jour, une seule finition se voit proposée : gris anthracite avec incrustation bois. Le résultat est plutôt réussi, que ce soit en pleine lumière, ou le soir avec le rétroéclairage très discret et doux.

La méthode d’appairage s’avère simplissime. Il suffit de flasher le QR code affiché sur l’écran et voilà… Un peu comme avec le routeur WiFi Orbi.

S’il peut se commander depuis un smartphone ou une tablette (iOS et Android), les surfaces planes du cadre sont dotés d’un capteur de mouvement parfaitement dissimulé et c’est donc avec des commandes gestuelles – en fait des balayages de la main – qu’il est aussi possible de naviguer dans les albums photo et les menus du cadre. Ce fonctionnement s’avère assez logique : on ne touche jamais les œuvres d’art ! 🙂
Il faut donc perdre l’habitude de chercher à cliquer sur l’écran au risque d’y laisser des traces de doigts, et prendre le coup de main de cette navigation “aérienne”…

Et tout comme ses ainés Canvas II, ce cadre peut également rapidement passer de l’orientation portrait à paysage grâce à un capteur d’orientation.

À cet effet, le cadre embarque 1 Go de RAM DDR3, 8 Go de stockage (dont 4 Go dédiés au stockage des photos), un processeur ARM Quad-core et une connectivité WiFi 802.11a/b/g/n/ac (2,4 GHz et 5 GHz) . Le port d’alimentation se trouve au niveau de la béquille et le bouton d’alimentation permet de couper la consommation maximum de 20W de l’appareil, rétro éclairage à 100%. Aucune batterie n’est présente et on le comprend vu la consommation. Il est aussi possible d’accrocher le cadre Meural au mur, pour autant qu’il soit situé à moins d’1.80m d’une prise électrique, c’est à dire de la longueur du câble fourni.
On aurait apprécié la présence d’un lecteur de carte SD, présent sur les Canvas II. Une économie un peu regrettable de la part de Netgear.

C’est donc depuis l’application qu’il est possible de lier des albums photo existants pour les télécharger et les afficher automatiquement sur le cadre Meural. Mais ce dernier peut également afficher les informations de géolocalisation d’un balayage vers le haut. Vous pouvez également utiliser l’application pour inviter votre famille et vos amis à télécharger leurs propres albums photo sur votre Meural afin de partager rapidement des souvenirs entre eux via des listes de lecture de photos personnalisées.
il est aussi possible de programmer la lecture de telle ou telle liste à une heure donnée. Pratique.

 

Il est possible de jouer des animations

 

Par défaut, les images en mode portrait ne s’affichent que si le cadre est posé verticalement, idem pour les images en mode paysage. Il est possible de désactiver cette contrainte, avec comme conséquence des images amputées, mais qu’il est possible de modifier depuis l’app.

En plus de vos propres photos, Meural WiFi Photo Frame peut afficher une centaine des œuvres d’art mais il est possible de s’abonner afin de profiter de plus de 30 000 œuvres du domaine public moyennant un paiement mensuel de 9.99 ou annuel de 79 €. Un stockage “Meural Cloud” de 20Go remplace alors les 4Go proposés en standard.
Si 60% des revenus de l’abonnement sont reversés au monde l’art, il faudra tout de même acheter le droit d’afficher un certain nombre d’œuvres qui ne font plus partie du domaine public.

Si le format 16:9 ne s’avère que partiellement adapté aux photos (le plus souvent prises en 4:3), il ne l’est pas plus pour les toiles des maitres des siècles passés ou des châssis des artistes qui sont normalisés (F, P et M) de 18×14 cm (9:7) à 195×114 cm (12:7). Mais il faut bien faire un choix qui puisse convenir au mieux, quitte à devoir recadrer.

Proposé à 350€, ce cadre dispose de sérieux atouts qui font sens une fois que l’on s’en sert. Il faut juste franchir la barrière de l’achat et donc du prix. Le Meural WiFi Photo Frame peut probablement apparaitre comme inutile, mais il s’avère vite finalement bien indispensable !

 

Caractéristiques techniques

TailleLargeur : 408 mm
Hauteur : 10 mm
Profondeur : 1.68 mm
Poids : 1,3 kg
AffichageÉcran Full HD 15.6 pouces
Résolution de 1920 x 1080p
Ecran IPS anti-reflet
Mémoire et stockage1 GO DE RAM DDR3
Capacité de stockage de 8 Go (4 Go pour le stockage d’images)
ProcesseurARM quadricœur à 1.8 GHz
CapteursCapteur de mouvement (pour affichage vertical et horizontal)
Capteur d’orientation
Capteur de lumière ambiante
ConnectivitéWiFi 802.11a/b/g/n/ac (2,4 GHz et 5 GHz)
PortAlimentation CC (situé derrière le socle)
Environ 20 W (utilisation type)
Configuration requiseApple : compatible avec iPhone, iPad sous iOS 11 ou version ultérieure.
Android : compatible avec Android 5.0 ou version ultérieure

 

Audiophile passionné d'informatique et de mobilité depuis une bonne vingtaine d'années, j'ai débuté avec un Psion (certains se souviennent du 5ème Site et de EpocBoulevard entre 1997 et 2002) et ai possédé à peu près tout ce qui s'est fabriqué comme PDA, pour finalement switcher sur les produits Apple... Geek? Oui! Vieux? Pas tant que çà quand même... Mobian? Assurément et définitivement!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This
%d blogueurs aiment cette page :