[Test] Protégez vos biens avec le sac Targus CityLite Security

Grand spécialiste de la bagagerie pour les gens pressés et transportant leur bureau dans leur sac à dos, Targus a toujours su proposer des gammes de produits efficaces… mais pas très sexy. Mais ça c’était avant ! Aujourd’hui Targus a su s’adapter à l’air du temps et à l’envie des utilisateurs. Comme en témoigne la collaboration avec des spécialistes du gaming XSeries, pour proposer un sac à dos pour gamers, ou une collection sobre et élégante telle que les CityLite, dont le modèle Security que nous allons tester pour vous aujourd’hui.

Le modèle CityLite Security appartient à la collection CityLite qui comprend 3 modèles de sac à dos mais aussi des sacoches ou des étuis pour ordinateur portable. Mais ce modèle Security a quelque chose de plus que ses copains, l’aspect sécuritaire, dont nous parlerons plus tard. En attendant, le CityLite Security est un sac à dos classique, à deux bretelles et un poignet. A l’extérieur, oubliez les sacs à dos noirs et triste, ici sa couleur grise chinée est très réussie. Elégant et sobre, il n’en montre pas beaucoup mais sait se faire remarquer. Deux pans de tissus noirs extensibles, sur les côtés, permettent d’y glisser une bouteille d’eau ou tout autre objet. Ces bandes viennent casser un peu l’homogénéité de l’ensemble mais finalement se font vite oublier.

Le CityLite Security semble gros et imposant, de par son coté « ballon gonflé. Contrairement à des sacs plus classiques, sa structure légèrement rigide lui impose un embonpoint assez significatif. Impossible de l’écraser lorsqu’il est vide, vous devrez vous faire à sa forme généreuse. Fabriqué à l’aide de matériaux haut de gamme comme le tissus appelé 300D, épais et résistant, il semble robuste et surtout il est imperméable. L’aspect Security trouve ici son premier sens, car l’extérieur possède également des bandes réfléchissantes, vous permettant d’être plus visible, lorsque la nuit tombe. Un crochet est également disposé sur le côté.

Le dos et les bretelles ont été gâtés par les équipes de Targus. Rembourrés dans tous les sens, votre dos et vos épaules vous remercieront. Un matelassage épais et confortable qui vous permettra de le porter longtemps, même chargé, sans sentir de fatigue. Un poignet, également matelassée mais pas autant, est également disponible pour le porter d’une main. Au niveau du sternum, un strap réglable vous permet d’immobiliser le sac en solidarisant les bretelles.

Le fond extérieur du sac est tapissé d’un tissu bien épais vous permettant de le poser par terre sans vous soucier de l’abimer ou le salir.

Vue de l’extérieur, le CityLite Security possède un seul et unique grand compartiment à l’avant. En réalité le sac possède à l’arrière, au niveau du bas du dos, un compartiment pour y glisser quelques affaires. Cette poche est assez conséquente et à l’avantage d’être facilement et rapidement accessible, sans devoir ouvrir le sac en entier. De plus, elle est relativement accessible, même lorsque vous porter le sac sur votre dos. Votre essayeur, motard toute l’année, a même réussi à y glisser un pantalon de protection contre la pluie, et peut le récupérer rapidement lors d’une averse.

Et ce n’est pas fini ! car un deuxième petit compartiment se cache à l’extérieur. Et nous pouvons vous l’avouer, il nous a fallu quelques jours d’utilisation avant de le trouver ! Cette poche se trouve au niveau de la poignée, en haut du sac et son accès se fait par une fermeture éclair située sur la tranche du sac.

Bien vu ! cette poche est totalement invisible de l’extérieur et renforce le coté sécuritaire du sac.  Tout comme la poche en bas du dos, ces compartiments dissimulés, préviennent des envies malhonnêtes des pickpockets. Les fermetures éclairs sont larges et également protégées contre les insertions d’eau.

Passons à l’intérieur maintenant. Comme dit plus haut, le sac possède principalement un grand compartiment unique. On retrouve ici encore le côté sécuritaire, puisque le sac ne peut s’ouvrir que par une grande fermeture éclair accessible… dans le dos du sac. Impossible de pouvoir ouvrir votre sac à votre insu, lorsque vous le porter.

La fermeture est difficilement accessible au début, puisque, contrairement à ce qu’on peut trouver sur des sacs plus classiques, ici elle est cousue légèrement à l’intérieur, au niveau du dos et non pas à l’extérieur. Ce qui n’est pas plus mal, en fin de compte, les voleurs galèreront encore plus, si l’idée de vous voler, leur prend. Mais au fur et à mesure on s’y fait et on prend le coup de main. En revanche, l’ouverture n’est pas si ergonomique sur un point : lorsque vous voulez l’ouvrir, le premier réflexe est de le poser à plat et d’écarter les bretelles au maximum afin d’ouvrir la fermeture éclair. Mais ce n’est pas possible car cette fermeture passe à l’intérieur des bretelles, en bas, et à l’extérieur de ces mêmes bretelles, en haut. Vous devez donc, écarter les bretelles, ouvrir la fermeture, puis rabattre les bretelles cotre le dos du sac pour continuer à ouvrir la fermeture éclair. Un détail, certes, mais qui ne facilite pas l’ouverture rapide.

L’intérieur comporte, donc, un grand compartiment unique, mais possède tout de même des petites et grandes poches afin d’y ranger vos affaires. La principale et la grande poche au niveau du dos, prévue pour accueillir votre ordinateur portable jusqu’à 15 pouces. Accessible facilement, cette poche n’est en revanche pas rembourrée. Dommage. Une petite languette avec un velcro permet de fermer cette poche pour éviter que l’ordinateur ne glisse, si le sac se retrouve à l’envers.

De l’autre côté du compartiment principal se trouvent une multitude de petites poches, dont une zippée. Cette fameuse poche zippée possède un sigle spécifique, qui indique que tout l’intérieur est doublé d’un matériau de blocage RFID qui protégera vos cartes de crédit de tout piratage.

Ces poches ne sont également pas rembourrées, et, personnellement en tant que geek avertis, nous aurions aimé en avoir plus afin de ranger toutes nos petites affaires. Mais elles ont l’avantage d’être très accessible et surtout profondes. En fin de compte, on y range plus que ce qu’on pensait !! Adepte des sacs avec plein de compartiments séparés, avec chaque objet bien rangé à sa place, votre serviteur était un peu troublé par ce compartiment unique. Une espèce de fourre-tout où l’on risque de finalement rien ranger du tout et mettre tout en vrac dedans… Mais ce n’est pas le cas. Le compartiment principal est grand, est large et permet d’accueillir de gros objets. Les petits compartiments sont de tailles différentes et permettent d’adapter son contenu. Vous aurez un compartiment avec fermeture éclair et les autres, sans. En revanche, lorsqu’on les charge un peu trop, ils sont tendance à grossir et pendouiller.

Deux compartiments latéraux permettent d’y ranger une bouteille, par exemple, ou vos chaussures de sport, si vous comptez aller courir entre midi et deux.

Si vous ne voulez pas ouvrir votre sac, complètement (à 180 degrés), deux languettes avec boutons pressions permettent de maintenir le sac à 90 degrés, pour plus de sécurité ou de vie privée, si vous l’ouvrez en public. Bien vu !

Maintenant que nous l’avons décrit, passons au test. Première impression : alors que nous trouvions plus haut que son allure de ‘ballon » pouvait en imposer un peu trop, une fois portée, cette impression disparaît. La forme aérodynamique du sac le rend plus fluet et surtout épouse parfaitement la forme du corps. Nous l’avons chargée avec le nécessaire type d’un déplacement : ordinateur portable, câbles divers, chargeur d’ordinateur, de smartphone, un carnet, et comme nous sommes sportifs dans l’âme, le nécessaire pour une petite course en fin de journée.  Le sac est bien rempli mais la répartition du poids est excellente, on ne le sent pas sur les épaules.

Les bretelles sont extrêmement bien rembourrées et font très bien leur boulot. La fixation pectorale est très bien venue. Sans ça, les bretelles ont tendance à s’écarter vers l’extérieur des bretelles à force de marcher. Le rembourrage au niveau des lombaires est également un bonheur lorsqu’on marche beaucoup. Aucun appui désagréable ne se fait sentir en bas du dos.

En deux roues, l’utilisation de ce Targus est également très bonne. Le sac ne se fait pas sentir, il est bien maintenu au niveau du dos et des épaules. Habitué à avoir également une ceinture de fixation à la ceinture, pour un meilleur maintien, votre essayeur n’a rien eu à dire sur ce point-là : même avec l’absence d’un maintien au niveau de la ceinture, le sac ne bougeait pas d’un poil. De même, le sac résiste bien à l’eau ! Après avoir subi une averse automnale comme on les connait, les affaires à l’intérieur étaient bien au sec.

Conclusion

Avec son CityLite Security, Targus nous propose ici un sac à dos réussi. Tant au niveau esthétique que pratique. Fini les couleurs sombres et austères, ici, place à un gris chiné de très belle facture. Les matériaux sont de très bonne qualité et respirent la robustesse. Le format coque peut rebuter certains mais sa forme épouse parfaitement le dos. En parlant du dos, le Targus se montre hyper confortable à porter, même pendant de longues heures, sans sentir de fatigue, la répartition du poids étant bien maitrisée. Concernant le côté pratique, même si les différents compartiments ne sont pas matelassés, ils sont fonctionnels et l’aspect sécuritaire avec protection RFID est une super idée pour protéger vos biens. Sécuritaire toujours avec l’absence de fermeture éclair sur la face avant, qui empêchent toute ouverture non voulue. Coté points négatifs, nous aurions aimé que les compartiments internes soient plus rigides et recouverts d’un tissu doux, surtout le plus grand qui doit accueillir votre PC portable. De même, si la fermeture principale est bien dissimulée, elle n’est pas très pratique à ouvrir et fermer. Mais ces points négatifs ne sauraient entacher un produit très bien fini et qui vous accompagnera dans votre quotidien avec beaucoup de plaisir. Le Targus CityLite Security est disponible au tarif de 69,99€

Georges (aka. Troylee) est un grand passionné de high-tech, d'Apple, de photo, de cinéma, de musique, et surtout de tous ces baladeurs multimédias et ces casques audio qui ornent ses oreilles. La chevelure au vent sur sa grosse moto allemande, il se pose comme le Don Quichotte des années 2000.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *